Le Mois de la transition alimentaire : jusqu’à la fin octobre dans le grand bassin grenoblois

Infos pratiques / Evénements / Transition alimentaire / Grand bassin de vie grenoblois

Commencé il y a une semaine, le Mois de la transition alimentaire va durer jusqu’à la fin du mois d’octobre.
Tous les événements proposés sont indiqués dans ce Site.
Les infos actualisées : ici.

la vie au minimum fait partie des participants le 30 octobre.

Cette manifestation est organisée par les différents acteurs impliqués dans le Projet alimentaire inter-territorial (PAiT) du grand bassin de vie grenoblois, dont le but est de favoriser la réussite de la transition vers des modes de production, de distribution et de consommation plus sains, plus sûrs, plus durables et écologiques, plus solidaires et plus locaux.
Ces acteurs, publics, sont au nombre de sept :
– la Ville de Grenoble ;
– la Métropole Grenoble-Alpes ;
– la Communauté du Pays voironnais ;
– la Communauté de communes du Trièves ;
– la Communauté de communes du Grésivaudan ;
– le Parc naturel régional de Chartreuse ;
– le Parc naturel régional du Vercors ;
avec le partenariat :
– de la Chambre d’agriculture de l’Isère ;
– du Collectif Autonomie Alimentaire ;
– et du réseau des conseils de développement de la région grenobloise.

 

Champiloop : les boucles locales du non-gaspillage pour cultiver des champignons

Infos pratiques / Structures / Réseaux d’action / Transition alimentaire / Circuits courts / Non-gaspillage / Champignons / Agglomération de Grenoble

Jusqu’au 25 juillet, Champiloop propose des animations à Saint-Martin-d’Hères, en direction des jeunes de 11 à 15 ans, pour les initier à la culture des champignons sans gaspillage.
Toutes les infos pratiques : ici.

Champiloop est un projet en phase de lancement. Une de ses originalités est d’utiliser, comme substrat de culture des champignons, du marc de café ou des drêches de bière, récupérés localement, et qui seraient devenus des déchets s’ils n’avaient pas été réutilisés. Le non-gaspillage commence en effet par la valorisation de toutes les matières et matériaux, en les réutilisant en circuits courts, plutôt que de les jeter.
Autre boucle (loop, en anglais) locale : les champignons sont vendus aux restaurateurs de l’agglomération et à quelques commerces de l’économie sociale et solidaire.

L’activité de production est née récemment de la fusion entre l’activité de la Champignonnière de la Frise, à Eybens, et des idées d’un étudiant en fin de cursus à Grenoble Ecole de management (GEM), Maxime Boniface, qui portait le projet Mycerest, un des lauréats de l’appel à idées de l’association Societal Angels, l’hiver dernier. Champiloop est aujourd’hui actif dans le « Lab de la transition alimentaire » de l’association.
En février 2020, Maxime Boniface résumait son projet de production de champignons, dans cette vidéo.

Plus d’infos sur l’activité de production : https://www.champiloop.com

 

Agir localement : les actions de l’association Societal Angels pour la transition alimentaire

Réseaux d’action / Réunions / Laboratoire d’idées / Association / Transition alimentaire / Dauphiné / Grenoble

En avril, l’association Societal Angels, fondée en 2019, et liée à la Fondation Mérigot, a lancé son « Lab de la transition alimentaire » en Dauphiné, dans le prolongement de son appel à idées sur ce thème. La première réunion a eu lieu le 17 avril, en visioconférence, en raison du confinement. Y étaient invités toutes les personnes et organismes qui avaient déposé un dossier dans le cadre de l’appel à idées.
L’objectif est de parvenir à constituer et animer un réseau local pour agir et réfléchir sur la question de l’alimentation et de la transition écologique. Car si l’enjeu de la transition alimentaire est global et mondial, il ne trouvera de solutions concrètes que localement, par des projets et actions ancrés dans des territoires précis.

Il est possible de découvrir trois des projets soutenus par l’association, localisés dans l’agglomération grenobloise, dans cette page : un projet de maison des semences locales, des vidéos pour les jeunes sur l’agriculture urbaine, et de la production de champignons en circuit court.
Le média la vie au minimum fait partie de ce réseau d’action et de réflexion local, pour le projet de nouvelle carte, imaginaire et solidaire, des bonnes adresses de la transition alimentaire.